?> Don de l'indivision Petiet | Petit Palais

Don de l'indivision Petiet

Don d’un ensemble d’œuvres par les descendants du marchand et éditeur Henri Marie Petiet durant la préparation de l’exposition « De Bonnard à Picasso. Vollard, Petiet et l’aventure de l’édition d’artistes » qui se tient au Petit Palais jusqu'au 29 août.

Sur les 61 œuvres qui composent le don, 30 sont présentées dans cette exposition.

Mary Cassatt, Mother Jeanne Nursing Her Child (Profile Left, n°3)Ambroise Vollard est une figure importante pour l’histoire des collections du Petit Palais qui a bénéficié d’un legs et de multiples dons du marchand éditeur et de ses descendants. Sa carrière le positionne comme une figure essentielle du commerce de l’art au tournant du siècle. C’est lui qui promeut Cézanne, Gauguin, qui ouvre sa galerie au jeune Picasso et à son compatriote Iturrino, ou encore qui aménage un atelier pour Rouault à l’étage supérieur de son hôtel rue de Martignac.

Son intérêt pour le domaine des arts graphiques le conduit à acheter à Cassatt et Renoir des estampes et des dessins, et notamment des pastels. Il semblerait qu’avec l’accord voire l’intervention des artistes, Vollard ait encouragé le lithographe Auguste Clot, spécialiste du papier report, à procéder à la réalisation de contre-épreuve de ces pastels que l’on ne connaît pour certains que par l’intermédiaire de ces impressions. Ces contre-épreuves de Cassatt et de Renoir sont les pièces les plus remarquables de ce don.

Le don de l’Indivision Petiet inclut également des œuvres issues de l’activité éditoriale de Vollard avec les aquatintes de Georges Rouault pour Les Fleurs du mal de Baudelaire, un projet de livre d’artiste encore inachevé à la mort brutale de l’éditeur en 1939. L’édition passionne en effet Vollard qui s’y investit entièrement, tant financièrement que personnellement. C’est le fruit de ses ventes de tableaux qui lui permet de financer ses travaux d’éditeur, initialement sans succès commercial. Son activité d’éditeur est pour lui une source de fierté.

Aristide Maillol, La Vague Ce don permet de plus d’accorder une place plus importante dans les collections à la figure atypique d'Henri Marie Petiet. Avant tout marchand d’estampes, celui-ci se fournit auprès d’Ambroise Vollard dès 1924. Au décès de ce dernier, il achète à Lucien Vollard et Martin Fabiani l’essentiel du stock d’estampes qui se trouvait dans son hôtel de la rue de Martignac. Il s’impose d’emblée comme successeur d’Ambroise Vollard en tant que marchand d’estampes. Il est aussi pionnier dans l'exportation de la modernité française à l’international et notamment Outre-Atlantique, vendant autant à des particuliers qu’à des institutions muséales.

Henri Marie Petiet édite lui-même certains artistes qui ont travaillé avec Vollard, comme Aristide Maillol, André Dunoyer de Segonzac ou encore André Derain. Ceux-ci font figure de passeurs entre les deux marchands et éditeurs. Il soutient également de nouvelles figures comme celles de Marie Laurencin et Édouard Goerg qui sont eux aussi représentés dans le don. Une attention particulière doit être portée aux œuvres de Maillol qui comptent deux états de la gravure sur bois La Vague. Ces deux estampes rejoignent au Petit Palais la peinture La Vague du même artiste, donnée au musée par Ambroise Vollard et actuellement accrochée dans le parcours permanent. Ce motif, qu’il a également représenté en tapisserie, a en effet été travaillé à plusieurs reprises par l’artiste. De plus, les gravures au trait de Maillol représentant des figures féminines assises ou accroupies font écho à ses petites terres cuites moulées et modelées dont le musée conserve plusieurs beaux exemplaires.

C. R. Mise en ligne le 13/07/2021

Georges Rouault, Femme fière, planche pour "Les Fleurs du mal", épreuve de décomposition des couleurs Georges Rouault, Femme fière, planche pour "Les Fleurs du mal", épreuve de décomposition des couleurs Georges Rouault, Femme fière, planche pour "Les Fleurs du mal", épreuve de décomposition des couleurs Georges Rouault, Femme fière, planche pour "Les Fleurs du mal", épreuve de décomposition des couleurs Georges Rouault, Femme fière, planche pour "Les Fleurs du mal", épreuve de décomposition des couleurs
Georges Rouault

Femme fière, planche pour Les Fleurs du mal, épreuves de décomposition des couleurs

© ADAGP, 2021