?> Choc de cavalerie | Petit Palais

Peintre d’origine bruxelloise, Adam-François Van der Meulen débute sa carrière dans les Pays-Bas espagnols. Dès 1648, il se forme auprès du peintre de batailles flamand Pieter Snayers. Avec sa technique virtuose et son pinceau brillant, la renommée du jeune peintre ne tarde pas à franchir les frontières : vers 1664, il est appelé à Paris par Charles Le Brun, premier peintre de Louis XIV et directeur de la Manufacture royale des Gobelins. D’abord paysagiste aux Gobelins, il obtient rapidement la charge de « peintre des conquêtes du Roi », qu’il accompagne dans tous ses voyages et ses opérations militaires. Son nom reste aujourd’hui attaché à la chronique du règne de Louis XIV.

Rubens d'après Léonard de Vinci, La lutte pour l'étendard de la bataille d'AnghiariCes deux tableaux comptent parmi les plus achevés de la période flamande de Van der Meulen. À cette époque, il réalise de petites scènes de genre militaire dans un style plein de force et de fougue. Ici, le combat fait rage sur le devant de la scène : les deux cavaleries ennemies s’élancent brutalement l’une contre l’autre dans un combat fracassant au corps à corps. Le groupe de combattants forme une mêlée comme un seul personnage, grouillant, d’où ressort le cheval cabré et le cavalier brandissant son épée. Le motif du choc de cavalerie, représentation par excellence de la force du mouvement, inventé par Léonard de Vinci dans sa célèbre fresque de la Bataille d’Anghiari pour le Palazzo Vecchio de Florence (aujourd’hui disparue), aura une immense fortune auprès des artistes.

Mais c’est l’importance accordée au paysage qui fait l’originalité des peintures de batailles de Van der Meulen. D’une part, ils sont d’un réalisme jusqu’alors inédit : s’appuyant sur une observation rigoureuse de la réalité grâce à de nombreux relevés et études d’après nature, Van der Meulen représente les lieux avec une grande précision topographique. Le peintre garde de ses origines le goût de la description et du détail propre à la peinture flamande. D’autre part, l’attention portée aux variations atmosphériques et lumineuses est remarquable. Avec une facture enlevée, tout en frottis léger, il peint avec justesse les jeux de lumière tamisée par les frondaisons et les combats qui se poursuivent jusqu’à l’horizon dans les lointains vaporeux.

H. D.

Portail des collections des musées de la Ville de Paris

Portail des collections des musées de la Ville de Paris

Le portail des collections permet d'effectuer des recherches au sein des collections des 14 musées municipaux parisiens (environ 336 000 œuvres dont 43 000 œuvres du Petit Palais).

Il est également possible de télécharger gratuitement près de 12 000 images d'œuvres du musée.

Consulter le portail des collections
Autre base documentaire

Autres bases documentaires

Découvrez une sélection de bases documentaires en ligne présentant des oeuvres du Petit Palais ou des documents en lien avec l'histoire du bâtiment et du musée.