Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Au printemps 1903, Pissarro emménage temporairement dans un hôtel quai Voltaire, sur la rive gauche de la Seine. De sa chambre il peut observer le pont Royal et le Pavillon de Flore qui termine les bâtiments du Louvre longeant la Seine, au sud-ouest.

Vers 1890, les impressionnistes s’étaient tous éloignés de Paris, abandonnant le domaine de la peinture urbaine. Inversement, Pissarro qui avait surtout été un peintre de la terre et de la vie rurale, consacrait, dans la dernière décennie de sa vie, une partie de son œuvre à la physionomie des villes. Cet aspect de son travail comprend des séries de ports et les ponts issus de voyages en Normandie, à Rouen, au Havre et à Dieppe et des vues du centre de Paris, les boulevards, le palais du Louvre et les quais de bord de Seine.

Après avoir appliqué les principes du néo-impressionnisme, sa peinture marquait un retour vers le style des années soixante-dix, avec une surface picturale très travaillée, des compositions bien structurées, une palette claire. Ces vues urbaines, comme celle du musée du Petit Palais, étaient toujours peintes depuis un logement, ce qui donne un point de vue surélevé par rapport au niveau de la rue. Le choix de cette position est dû en partie aux affections oculaires qui touchent alors le peintre, mais aussi au désir de capter le fourmillement de la vie urbaine, depuis un poste d’observation stable, donnant une grande largeur de champ visuel.

Pissarro a traduit par des tons pastel appliqués par touches denses et presque rugueuses la lumière d’un matin de printemps. La composition quadripartite, eau - ciel - rive gauche - rive droite, s’organise symétriquement autour de l’axe du pont qui donne profondeur et équilibre à cette vue plongeante.

Ce paysage est l’un des derniers peints par Pissarro qui décéda quelques mois plus tard. Il achève l’itinéraire pictural parisien commencé aux Tuileries, quatre ans auparavant, faisant du Louvre le pivot central de ces ultimes années urbaines. Cette peinture fut achetée par la Ville de Paris au quatrième fils du peintre, Rodolphe Pissarro, en 1905.

I. C.

Base de données des oeuvres de la Ville de Paris

Base de données des oeuvres de la Ville de Paris

Le catalogue en ligne des collections du Petit Palais compte aujourd'hui près de 35000 notices d'oeuvres et continue à s'enrichir progressivement.

Consulter le catalogue en ligne des collections du Petit Palais
Autre base documentaire

Autres bases documentaires

Découvrez une sélection de bases documentaires en ligne présentant des oeuvres du Petit Palais ou des documents en lien avec l'histoire du bâtiment et du musée.