+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël

Mon portrait

Jean
Carriès
Lyon, 1855 - Paris, 1894
Vers 1887-1888
Cire vierge sur âme de plâtre
H. : 125 ; l. : 67 ; H. : 60 cm

Jean Carriès réalise cet autoportrait en cire vers 32 ans. C’est bien ainsi que le décrivent ses amis : les traits farouches, le regard sombre, les outils de travail à la main, le chapeau de feutre porté en permanence…
La cire est l’un de ses matériaux de prédilection. Le Petit Palais a la chance de conserver six de ces cires spectaculaires. Peu de sculpteurs de son temps osent employer ce matériau à une telle échelle pour une œuvre achevée. Le réseau de fentes si visible est d’ailleurs dû au vieillissement de la matière. La cire est teintée, partiellement estampée dans un moule, partiellement modelée, fixée sur un noyau en plâtre et filasse, ou recouvrant un socle en bois chantourné.

L’oeuvre a un aspect très réaliste : Carriès a fait faire successivement des moulages sur nature de mains (peut-être les siennes ?), de son torse « avec une blouse et les bras », qu’il réutilise sans aucun doute ici. Mais c’est aussi un autoportrait rêvé. L’artiste s’est entouré de ce qui avait un sens pour lui : un masque mortuaire dit la Mère de Carriès, un personnage de fantaisie rappelant les bustes imaginaires qu’il crée, et déjà, deux animaux étranges préfigurant ceux de la Porte monumentale, son grand œuvre inachevé.
Bel hommage de ses amis, un tirage en bronze de cet autoportrait se trouve sur la tombe de l’artiste au cimetière du Père-Lachaise.
A. S.

Numéro d'inventaire: 
PPS00387
Numéro d'inventaire : PPS00387
Mode d'acquisition : Don Georges Hoentschel, 1904
Salle 19. Carriès sculpteur et potier
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.