+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet

Arion

Gustave
Moreau
Paris, 1826 - Paris, 1898
1891
Huile sur bois
H. : 45,5 ; L. : 37 cm

La nature joue un rôle essentiel dans le mythe d’Arion sauvé des flots. Pour évoquer cet épisode, Moreau donne au poète musicien l’allure d’un prince d’Orient et l’entoure d’un paysage aux rochers escarpés inspiré des fonds de Léonard de Vinci.
La légende d’Arion, poète lyrique et musicien grec, nous a été transmise par Hérodote. De retour à Corinthe après un voyage en Sicile, Arion dépouillé de sa fortune est jeté à la mer par les marins du navire. Grâce à l’intervention d’Apollon, un dauphin le recueille et le porte sur son dos jusqu’au rivage. Le dieu, en souvenir de l’aventure, transforme en constellation la lyre d’Arion et le dauphin.

La mythologie antique permet à  Gustave Moreau de mettre en oeuvre « cette logique sublime de l’imagination »,  qui guide son oeuvre. Le peintre se démarquant toutefois de ce qu’il nomme « la vieille friperie grecque classique » invente un univers pictural  qui puise aux sources les plus exotiques, de l’Inde au Japon, l’audace des couleurs intenses et le goût de l’arabesque.

L’année où il peint ce tableau pour Jules Clément Chaplain, lithographe, sculpteur et graveur de médaille, Moreau sort de l’isolement de son atelier pour enseigner à  l’Ecole des Beaux-Arts. Ses élèves, notamment Rouault, Matisse et Marquet, apprécient son ouverture d’esprit tandis que son influence s’exerce hors de l’école sur des artistes tels que Odilon Redon, George Desvallières et les symbolistes belges.
I. C.

Numéro d'inventaire: 
PPP00754
Numéro d'inventaire : PPP00754
Mode d'acquisition : Don Sir Joseph Duveen, 1924
Salle 18. Moreau et le Symbolisme
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.