Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Les hasards archéologiques nous ont restitué d’importants « trésors d’argenterie », dont les éléments datent des IVe et Ve siècles, période dite de l’Antiquité tardive. Au nombre des plus prestigieux, ceux de Mildenhall, Chaource, Kaiseraugst, Carthage, l’Esquilin, tous répartis dans la partie occidentale de l’Empire, confrontée à des invasions barbares que les régions orientales ne connurent pas avant le VIIe siècle.

Mises au jour en 1793, vingt sept pièces d’argenterie composent la trouvaille improprement dénommée « trésor ». On entend par trésor un ensemble constitué de pièces de provenance et d’époques diverses, certaines reçues en héritage, constituant pour le propriétaire une réserve financière disponible, enfouie en hâte sous la menace imminente, ce qui n’est pas le cas ici.

Les pièces de l’Esquilin furent fabriquées dans un temps assez bref et, pour vingt deux d’entre elles, dans un même atelier. D’après les monogrammes et inscriptions relevés sur divers objets, elles appartenaient à plusieurs membres d’une même famille, la gens Turcia. La présence de quatre statuettes d’argent figurant les quatre métropoles de l’Empire - Rome, Constantinople (inaugurée par Constantin en 330), Alexandrie et Antioche - liée au domaine public et de l’apparat, date le tout dans la deuxième moitié du IVe siècle. Elle indique aussi que leur propriétaire occupait une situation élevée, par la fortune ou le rang.

Comme le Coffret de Projecta (British Museum), la pièce la plus connue du « trésor », la patère, appartient à l’univers privé. Sur la face principale du coffret réalisé par l’Atelier de l’Esquilin,  figure la scène de Vénus à sa toilette. La patère, bien que ne provenant pas de cet atelier, offre le même motif, traité dans le même esprit. Le corps du vase est traité comme la coquille d’où émergea la déesse de la Beauté. Le jeune chasseur, lance en main et chien au pied, figuré sur le manche, est donc clairement identifié comme le bel Adonis, aimé de la déesse, tué par un sanglier et ressuscité, une partie de l’année, par Jupiter, incarnant ainsi le principe de la vie. Le thème, longtemps chargé de sens religieux, n’a plus ici qu’une valeur décorative ou, au mieux, symbolique.

P. P.-H.

Base des collections des musées de la Ville de Paris

Base des collections des musées de la Ville de Paris

Le catalogue en ligne des collections du Petit Palais compte aujourd'hui près de 35000 notices d'oeuvres et continue à s'enrichir progressivement.

Consulter le catalogue en ligne des collections du Petit Palais
Autre base documentaire

Autres bases documentaires

Découvrez une sélection de bases documentaires en ligne présentant des oeuvres du Petit Palais ou des documents en lien avec l'histoire du bâtiment et du musée.