Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Les exportations de céramique athénienne vers le nord de la Grèce, qui avaient débuté au Ve siècle avant J.-C., se poursuivent au cours du siècle suivant.

C’est ainsi que l’on a découvert au XIXe siècle un grand nombre de vases attiques en Béotie et notamment à Tanagra. D’après ces trouvailles, le vase le plus apprécié en Béotie est le cratère en calice, dont la forme est plus élancée qu’au siècle précédent. Le succès de cette forme tient peut-être à des pratiques cultuelles locales.

Dans le répertoire figuré, Héraclès occupe avec Dionysos une place privilégiée. Il est toutefois bien différent du héros de l’époque classique. On ne représente désormais que rarement ses travaux, à l’exception toutefois de son séjour au jardin des Hespérides. Encore donne-t-on de cet épisode une vision totalement neuve. Plus de lutte du héros avec le serpent gardien de l’arbre portant les pommes d’or. Héraclès ne porte plus le monde sur ses épaules, à la place d’Atlas. Rajeuni, imberbe, nu et simplement coiffé de la dépouille du lion de Némée, il assiste paisiblement, assis dans un jardin luxuriant, préfigurant les Champs élyséens, à la cueillette des pommes d’or, symbole d’immortalité, que les Hespérides lui apporteront.

P. P.-H.

Base des collections des musées de la Ville de Paris

Base des collections des musées de la Ville de Paris

Le catalogue en ligne des collections du Petit Palais compte aujourd'hui près de 35000 notices d'oeuvres et continue à s'enrichir progressivement.

Consulter le catalogue en ligne des collections du Petit Palais
Autre base documentaire

Autres bases documentaires

Découvrez une sélection de bases documentaires en ligne présentant des oeuvres du Petit Palais ou des documents en lien avec l'histoire du bâtiment et du musée.