+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
 Jean Wauquelin (auteur du texte) ; Willem Vrelant, Maître de la Vraie Cronicque descoce, Liévin Van Lathem, Miniaturiste du
 Jean Real, éditeur. Vincent Certenas, imprimeur - Le tres excellent et sainct mystere du vieil Testament
 Jacques Milet, écrivain. Jean Driart, imprimeur - La destruction de Troie par personnages
Jacques Bailly - Le Labyrinthe de Versailles
Noël  Bellemare (entourage de) - Hore Beate Virginis Mariae (Heures Dutuit)
Louis de Gouvys - Le Nouvelin de vénerie

Le Labyrinthe de Versailles

Jacques
Bailly
1629, Graçay (Cher) - 1679, Paris
Entre 1675 et 1679
Reliure ancienne en maroquin rouge et doré.
18,2 x 13,8 x 2,4 cm

Le bosquet du Labyrinthe de Versailles a été aménagé par André Le Notre à partir de 1668 dans les jardins du château sur une idée de Charles Perrault, alors en charge de la définition de l’iconographie des programmes artistiques royaux. Les trente-huit fontaines qui le composent - une trente-neuvième fontaine a été ajoutée par la suite - ont été construites entre 1672 et 1674, aux carrefours des allées, après la mise en place du réseau hydraulique. Chacune d’entre elles, ornée de sculptures animalières en plomb polychrome, de rocailles et de coquilles illustre un épisode tiré des fables d’Esope.

C’est peut-être pour faire connaître à un plus large public ce bosquet, dont l’accès était restreint par des grilles fermées à clé, que Charles Perrault a publié en 1675 Le Labyrinthe de Versailles, un ouvrage comportant dans une première partie la description du programme iconographique du bosquet éponyme et dans une seconde partie quarante gravures de Sébastien Leclerc représentant le plan et l’entrée du labyrinthe ainsi que les trente-huit fontaines qui existaient alors avec en vis-à-vis les quatrains composés par Isaac de Benserade à partir des fables d’Esope pour légender les fontaines.

L’exemplaire du Petit Palais, pourvu d’une reliure au chiffre et aux armes de Louis XIV, ne contient que la seconde partie de l’ouvrage, c'est-à-dire les quatrains de Benserade et les gravures de Leclerc richement enluminées par le peintre Jacques Bailly.

Le Labyrinthe de Versailles a été détruit en 1775 pour laisser place à un jardin à l’anglaise qui prendra le nom de « Jardin de la Reine » en hommage à la reine Marie-Antoinette. Les enluminures de Bailly constituent donc un magnifique témoignage de cet étonnant bosquet dont il ne subsiste plus aujourd’hui que quelques vestiges de statues en plomb.

C. M.


Marques Inscriptions Poinçons : 
Reliure au chiffre et aux armes de Louis XIV
Numéro d'inventaire: 
LDUT00724
Le Labyrinthe de Versailles - Entrée du Labyrinthe
Le Labyrinthe de Versailles - I. Le Duc et les Oyseaux
Le Labyrinthe de Versailles - VII. Les Pans et le Geay
Le Labyrinthe de Versailles - X. Le Serpent et la Lime
Le Labyrinthe de Versailles - XII. Le Combat des Animaux terrestres et des Oysea
Le Labyrinthe de Versailles - XVII. Le Perroquet et le Singe
Le Labyrinthe de Versailles - XX. Le Lièvre et la Tortüe
Le Labyrinthe de Versailles - XXII. Le Milan et les Oyseaux
Le Labyrinthe de Versailles - XXV. Le Conseil des Rats
Le Labyrinthe de Versailles - XXXIV. Le Renard, et le Corbeau
Numéro d'inventaire : LDUT00724
Mode d'acquisition : Legs Dutuit, 1902
Manuscrit non exposé actuellement
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.