Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Au grand dam de ses confrères français, c’est le peintre vénitien Gianantonio Pellegrini, apprécié dans toute l’Europe pour sa virtuosité et la luminosité de sa palette, qui reçut en 1720 la commande du  plafond de la salle des conseils de la nouvelle Banque Royale.

Installé à l'hôtel de Nevers à Paris, l’établissement, fondé par le financier John Law en 1716, suscitait alors un engouement phénoménal, fondé sur les hypothétiques revenus des colonies d’Amérique dont le plafond vantait les mérites : Le Commerce et le Bon gouvernement, ou les bienfaits de la Banque Royale sur le sort de la France.

La faillite retentissante de la banque en 1720 et le désir d’en faire vite oublier le souvenir entraina la destruction du décor dès 1722.

Cette esquisse met en place une section importante de la composition. On reconnait, à gauche, la Seine qui embrasse le Mississipi devant l’Amitié qui les unit, au centre, les allégories ailées de la Félicité et de la Tranquillité et, au-dessous, « un chariot attelé de deux chevaux, sur lequel des hommes chargent des marchandises qu’on débarque des vaisseaux de la Louisiane». Elle constitue un témoignage essentiel sur un grand décor parisien disparu.

M. A. P.

Base des collections des musées de la Ville de Paris

Base des collections des musées de la Ville de Paris

Le catalogue en ligne des collections du Petit Palais compte aujourd'hui près de 35000 notices d'oeuvres et continue à s'enrichir progressivement.

Consulter le catalogue en ligne des collections du Petit Palais
Autre base documentaire

Autres bases documentaires

Découvrez une sélection de bases documentaires en ligne présentant des oeuvres du Petit Palais ou des documents en lien avec l'histoire du bâtiment et du musée.