+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
 Anonyme - Chaise à porteurs
François Boucher - La danse du petit chien
Jean-Baptiste Greuze - Un berger qui tente le sort pour savoir s’il est aimé de sa bergère
Hubert Robert - La Blanchisserie
 Jean Moisy (horloger) et Jean-Claude Chambellan dit Duplessis (orfèvre) - Pendule à orgues au concert de singes
Hubert Robert - Lavandières dans un parc
 Adrien Delorme et Pierre Roussel - Commode
Giambattista  Tiepolo - Alexandre et Bucéphale
Nicolas Sageot - Table bureau dit bureau Mazarin
Claude Joseph Vernet - Les Cascatelles de Tivoli
Jean-Honoré Fragonard - Jérôme de La Lande
 Manufacture de Beauvais  - Tapisserie : Psyché conduite par Zéphyr dans le palais de l'Amour et Psyché montrant ses richesses à ses sœurs
Roger Van der Cruse dit  La Croix (RVLC) - Meuble combiné : commode à battants - secrétaire en tiroir - armoire (à rideaux)
Jacques Louis David - La mort de Sénèque

Jérôme de La Lande

Jean-Honoré
Fragonard
1732, Grasse (Alpes-Maritimes) - 1806, Paris
vers 1769
Huile sur toile
H. 72 ; l. 59,5 cm

Cette oeuvre exécutée vers 1769 par Fragonard, alors au sommet de son art, se rattache peut-être à la célèbre série des portraits de fantaisie dont le musée du Louvre conserve plusieurs toiles.

Il s’agit d’un groupe de portraits rapidement brossés, de même format, où l’artiste a représenté ses amis ou des clients, tels Diderot, Mademoiselle Guimard, une célèbre danseuse, et l’Abbé de Saint Non. Ces figures sont représentées à mi-corps, parées de riches costumes « de fantaisie » qu’on appelait alors « à l’espagnole », et accompagnées de quelques accessoires, qui pourraient symboliser la profession du modèle. Bien que de taille légèrement différente du reste de la série, le tableau du Petit Palais est caractéristique de la manière de ces portraits de genre.

Les crayons de couleur  et les pinceaux ont longtemps laissé penser que ce portrait était celui du pastelliste, Charles Naudin. En raison de la présence de la mappemonde, la plupart des historiens estiment aujourd’hui, mais sans certitude,  que Fragonard a peint Jérôme de La Lande, (Joseph-Jérôme Le François dit Lalande, 1732-1807), un astronome très célèbre en son temps. Lalande acquis la célébrité en prévoyant, à un mois près, le passage de la comète de Halley, il calcula aussi la distance de la terre à la lune.

Les traits du visage, notamment le front très bombé, et la calvitie rappellent singulièrement les portraits attestés de Jérôme de LaLande, notamment un buste de terre cuite modelé par Houdon. Toutefois, sans trop s’attacher à la ressemblance, Fragonard aurait sensiblement embelli son modèle qui était fort laid.

Quel que soit ce modèle, reste un très beau morceau de peinture où Fragonard cherche essentiellement à capter la fugacité de l’expression. Par une exécution hâtive, une touche vigoureuse, impérieuse même, il confère à  son œuvre un caractère d’esquisse suggérant à merveille la vivacité et l’intelligence du personnage.

M. A. P.

Numéro d'inventaire: 
PDUT01194
Numéro d'inventaire : PDUT01194
Mode d'acquisition : Achat sur les arrérages du legs Dutuit, 1978
Salle 11. L'art sous Louis XV
XVIIIe siècle
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.