Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Du 26 mars 2015 au 05 juillet 2015

Exposition temporaire

Thomas Lerooy

"Beauty in the shadow of the stars"

Avenue Winston Churchill
75008 Paris

Gratuit : - 18 ans

En écho à ses origines, lorsque le Petit Palais, à l’aube du XXe siècle, achetait au Salon des œuvres d’artistes vivants pour constituer sa jeune collection, le musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris invite l’art du XXIe siècle à dialoguer avec son prestigieux fonds ancien. Il renoue ainsi avec l’art contemporain en donnant, pour la première fois, carte blanche à un jeune artiste, Thomas Lerooy, né en 1981 en Belgique.

Ses œuvres – une vingtaine de sculptures et dessins – sont déployées dans les salles des collections permanentes du rez-de-jardin avec une incursion dans le jardin intérieur du musée. Dès l’extérieur, côté avenue Winston-Churchill, les visiteurs sont accueillis par un Manneken-Pis (Petit Jean) revisité : un hommage déguisé au sculpteur Jérôme Duquesnoy (1570-1641) et une introduction à l’univers, à la fois onirique et burlesque de Thomas Lerooy.

L’œuvre de Thomas Lerooy, s’il peut surprendre dans un écrin classique, tisse des liens féconds avec l’art ancien dont il se nourrit pour mieux le détourner. L’art romain est convoqué aussi souvent que celui de la Renaissance, classique ou maniériste. Chaque œuvre de l’artiste renvoie aux sources de l’art occidental.

Le détournement des symboles, profanes ou sacrés, illustre la réflexion que mène l’artiste sur le sens actuel des motifs de l’histoire de l’art, de leurs relations entre l’ œuvre d’art, l’espace et le spectateur. L’exposition est ponctuée de ces dialogues féconds dont la succession apporte un regard nouveau sur les œuvres anciennes du Petit Palais en même temps qu’elle livre les clefs du monde intérieur de Thomas Lerooy.

Comme une danse macabre, les rêves et les chimères de l’artiste se balancent au rythme d’une joyeuse frénésie. Monstres, squelettes et autres créatures hybrides peuplent un univers graphique et sculptural situé à la croisée du Symbolisme et du Surréalisme. À ce contenu allégorique et lourd de sens, s’additionne une malice permanente aux origines toutes aussi belges qui, de Brueghel à James Ensor, a toujours préservé l’art belge de trop de noirceur. L’humour, remède contre la laideur, agit sur les œuvres de l’artiste belge comme il anime les tableaux caravagesques les plus triviaux, à voir dans Les Bas-fonds du Baroque, exposition du Petit Palais concomitante à celle de Thomas Lerooy.

Exposition conçue et organisée par le Petit Palais et la Galerie Nathalie Obadia.

 

COMMISSARIAT :

Susana Gallego Cuesta, conservatrice, chef du service des expositions du Petit Palais,

sur une proposition de Constance Dumas, directrice de la Galerie Nathalie Obadia à Bruxelles