Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Du 07 octobre 2017 au 14 janvier 2018

Accrochage

Andres Serrano

Dans les collections permanentes

Jewel-Joy Stevens, America’s Little Yankee Miss (America), 2003 © Andres Serrano  Courtesy Andres Serrano and Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles

Avenue Winston Churchill 75008 Paris

Tel : 01 53 43 40 00

Gratuit : - 18 ans

Au début du XXe siècle, le Petit Palais achetait au Salon des oeuvres d’artistes vivants pour constituer sa jeune collection. Depuis le transfert des oeuvres plus récentes au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris lors de sa création en 1961, les collections du Petit Palais s’arrêtent en 1914. Pour renouer ce lien avec la création contemporaine, le musée a choisi, depuis trois ans, d’inviter chaque année un artiste contemporain à dialoguer avec son prestigieux fonds ancien. Andres Serrano, artiste iconoclaste et figure majeure de la scène artistique internationale contemporaine, relève le défi cet automne en présentant une quarantaine d’oeuvres dans le circuit des collections permanentes du Petit Palais.

De formation classique, Andres Serrano, « artiste avec un appareil photo », comme il aime à se définir lui-même, tient des grands maîtres anciens de la Renaissance et du Caravagisme jusqu’à ceux de l’art moderne une part évidente de son éloquence picturale. En vertu de cet héritage, ses oeuvres dialoguent aisément avec les tableaux du Petit Palais, et proposent ainsi une confrontation édifiante entre l’ancien et le contemporain. À travers l’oeil de l’artiste américain, le public est ainsi invité à découvrir autrement les collections éclectiques du musée. « Si provocation il y a chez Serrano, c’est qu’il exige de nous que nous regardions, droit dans les yeux, ce qu’on a aujourd’hui tendance, de plus en plus, à écarter, à ne pas vouloir savoir, et ne pas envisager. » Daniel Arasse, Les Transis, 1992.