Pour saluer Jean-Jacques Sempé