+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet

Parisienne, portrait d’Irma

Marie Constantine
Bashkirtseff
Gavronzi (Ukraine), 1858 – Paris, 1884
1882
Huile sur toile
H : 55,5 ; L : 46 cm

Le portrait de cette jeune femme au visage rond coiffée d’un simple chapeau de paille orné d’une guirlande de fleurs fut exposé au Salon des Artistes français en 1883 sous le titre « Parisienne ».
Ce visage semble correspondre à celui évoqué à plusieurs reprises dans le Journal de Marie Bashkirtseff sous le nom d’Irma : « Eh bien, la tête d’Irma est agréable et d’une peinture assez franche, mais c’est une chose sans prétention » (1er mai 1883).
Inscrite comme élève depuis 1877 à l’atelier de peinture des jeunes filles de l’Académie Julian, la jeune Marie est devenue une adepte convaincue du naturalisme. Elle voue une amitié admirative au peintre Jules Bastien-Lepage (1848-1884), chef de file de ce nouveau courant qui marque une rupture avec la tradition des sujets rétrospectifs.
Sa Parisienne peinte au moment où Marie tente d’aborder la peinture de plein air, traduit une volonté de « saisir la nature sur le fait » (Journal, 7 août 1882) afin de peindre la vie « avec des tons qui chantent, et tous les tons vrais chantent » (Journal, 30 août 1882). De fait l’expression souriante du modèle semble saisie sur l’instant au cours dune promenade.
Durant les quatre dernières années de sa courte vie, Marie Bashkirtseff, fille d’aristocrate russe se consacra avec passion à l’apprentissage de la peinture tout en rédigeant un journal intime qui fut publié après son décès. Dès 1887, une première version expurgée du Journal fut publiée. La mère de Marie distribua, comme autant de précieuses reliques, dessins, lettres, tableaux et objets ayant appartenu à sa fille afin d’honorer le souvenir de la jeune disparue. A son ouverture en 1902, le Petit Palais reçut en don un tableau expédié de Nice et précédé d’une lettre au conservateur dans laquelle Mme Bashkirtseff confiait « je suis sûre que vous voudrez honorer la mémoire de Marie Bashkirtseff, Russe de naissance, Française et Parisienne de cœur et d’éducation, en acceptant dans votre nouveau musée un de ses tableaux. »
I.C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé et daté en haut à gauche : Bashkirtseff 1882
Donateur, testateur ou vendeur : 
Don de Marie Babadine-Bashkirtseff en 1902
Numéro d'inventaire: 
PPP00129
Numéro d'inventaire : PPP00129
Salle 16 : portraits réalistes
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.