+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
 Hybrisstas - Poséidon ou Zeus ?
 Tryphon - Gobelet en forme de tête de nègre souriant
 Anonyme - Plaque en verre-camée : satyre tendant une grappe de raisin à Dionysos enfant
 Anonyme - La Patère de l’Esquilin
 Anonyme - Bacchus de la via del Babuino
 Peintre de Petit Palais 336 - Lécythes à fond bistre
 Polyclète (d'après) - Ephèbe des Fins d’Annecy
 Anonyme - Cratère en calice : Héraclès au jardin des Hespérides
 Peintre de Dutuit - Oenochoé à embouchure trilobée
 Peintre de Colmar (décor attribué au) - Rhyton en forme de tête d’âne

Oenochoé à embouchure trilobée

Peintre de Dutuit
Production : Athènes
Vers 500-475 avant J.-C.
Provenance : Capoue
Céramique à figures rouges
H. : 30 cm

Le Peintre de Dutuit conserve des liens avec la figure noire. Son style gracieux et miniaturiste perpétue, en figure rouge, la tradition des « Petits maîtres » décorateurs de coupes en figure noire. C’est à ce vase, acquis par le collectionneur Auguste Dutuit, que le peintre dont l’identité ne nous est pas connue, doit son surnom.

Dans cette scène s’exprime toute la délicatesse, poussée jusqu’à la préciosité, qui caractérise son style. La déesse Artémis, ailée, est debout, de profil à droite. Dans sa main gauche, elle serre son arc et une flèche. Du bout des doigts de la main droite, elle esquisse le geste de flatter un jeune faon, tourné vers elle.

Ses pieds nus, signe d’un contact intime avec la nature, contrastent avec le raffinement de sa parure - fine tunique rebrodée, collier à pendentif, bracelets - et de sa coiffure, un chignon haut dont les boucles s’échappent d’un large bandeau drapé, le cécryphale. Sur son épaule gauche, retenu par un baudrier, le carquois à couvercle qui renferme ses flèches.

La petite taille du faon et ses oreilles immenses trahissent son extrême jeunesse. Dans sa confiance ingénue, il relève le museau pour répondre à l’invite de la déesse dont les doigts l’enserrent sans le toucher. Il est totalement, et sans crainte, sous l’emprise d’Artémis, ainsi que le soulignent les éléments de la composition : les sabots du faon, touchant presque le pied de la déesse, les longues oreilles comme emprisonnées entre l’arc et sa corde, l’échange des regards. Subtilement, le peintre transcrit l’emprise de la déesse sur toute la vie animale. Pour l’instant, son arc meurtrier est au repos et sa flèche dirigée vers les airs. Jusqu’à sa maturité, Artémis l’entourera de sa chaleur et de sa protection.

Toutefois, Artémis apparaît comme une divinité ailée depuis l’époque archaïque, sous son aspect de Maîtresse des Animaux (Potnia Therôn). Elle est alors représentée de face, flanquée symétriquement d’animaux, souvent des lions rampants, symbole de l’autorité absolue  de la déesse et son pouvoir de vie et de mort sur tous les animaux, ceux qui menacent la vie de l’homme et ceux qui le nourrissent.

Le vase du Peintre de Dutuit n’a pas d’autre signification. Sous l’apparente bienveillance d’une Artémis juvénile, les implications menaçantes sont palpables.

P. P.-H.

Numéro d'inventaire: 
ADUT00327
Numéro d'inventaire : ADUT00327
Mode d'acquisition : Legs Dutuit, 1902
Salle 34. Monde grec
Section : Antiquités des mondes grecs et romains
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.