+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël
Raoul Larche - Buste d'enfant (portrait présumé de Marcel Lerolle)
Sarah Bernhardt - Dague : Algues
 Manufacture de Baccarat - Vase à décor de cactus
Emile Gallé - Commode, Le Sang d'Arménie
 Félix Bracquemond, Eugène Rousseau, Manufacture de Creil et Montereau - Plat rond. Service Rousseau

Nice, souvenir de la promenade des Anglais

Henri-Marie-Raymond de Toulouse-Lautrec Monfa dit
Toulouse-Lautrec
Albi, 1864 - Château de Malromé, 1901
1880
Huile sur toile
H : 38,5 ; L : 50 cm

Toulouse Lautrec peignit cette scène de promenade en 1880 alors qu’il n’avait que 17 ans, faisant le choix cette année là de devenir artiste et de partir étudier l’art à Paris. 
On considère généralement la figure du conducteur de cet attelage lancé en plein galop sur la promenade des Anglais, comme une évocation du père de l’artiste.
La voiture rouge et noire est un grand break de chasse, conduit par le comte Alphonse de Toulouse-Lautrec accompagné d’un groom installé sur une banquette arrière surélevée. L’élan des chevaux se déploie selon une diagonale qui porte le mouvement vers l’avant de la toile. Le comte était féru d’hippologie. Il fut l’un des derniers aristocrates à pratiquer la chasse au faucon à cheval. Son fils Henri fit son premier apprentissage auprès du peintre animalier René Princeteau (1843-1914) spécialisé dans les sujets équestres brossés d’une facture alerte. Le jeune élève cultiva auprès de ce maître cette agilité de brosse qui traduit si bien la sensation de vitesse et de légèreté caractéristique de son style. Avant d’être le portraitiste du Paris des cafés-concerts et des maisons closes, Toulouse-Lautrec dessina surtout des chevaux. L’adolescent multiplia alors  les études d’attelage au galop à Chantilly, à Auteuil et à Nice en s’inspirant de la gravure anglaise et des lithographies de Dreux.
I.C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé et daté en bas à droite : H.T.L. Souvenir de la Promenade des Anglais, Nice 1880
Donateur, testateur ou vendeur : 
Don Sir Joseph Duveen, 1925
Numéro d'inventaire: 
PPP00770
Numéro d'inventaire : PPP00770
Oeuvre non exposée actuellement
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.