+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël
Raoul Larche - Buste d'enfant (portrait présumé de Marcel Lerolle)

Masque grotesque, fragment du revers

Jean
Carriès
Lyon, 1855- Paris, 1894
Entre 1891 et 1894
Grès émaillé
H : 36 ; L : 31 ; P : 18 cm

En mars 1890, deux ans après avoir installé ses fours à Saint-Amand-en-Puisaye dans la Nièvre, Carriès reçoit la commande dont il a toujours rêvé : un encadrement de porte gigantesque en carreaux de grès, séparant en deux l’atelier de peinture de la richissime américaine Winaretta Singer, future princesse Edmond de Polignac.
Celle-ci a accepté ce projet de Porte monumentale sur la foi d’un dessin d’Eugène Grasset, ami du sculpteur : la Porte est alors peuplée de créatures d’esprit médiéval. Mais Carriès va laisser son imaginaire transformer le projet, vite envahi d’êtres étranges qui peuplent ses cauchemars.
C’est une tâche immense : ce potier autodidacte découvre le métier. Il engage des ouvriers qui font des essais de terres, d’émaux et de cuissons différentes. A sa mort en 1894, il a achevé la maquette en plâtre grandeur nature de la Porte, mais n’a pu faire aboutir la création de l’ensemble des grès. Ainsi n’existe-t-il en grès qu’à peine un tiers des 600 carreaux de formes irrégulières prévus.
Ce carreau-ci devait recevoir un emplacement tout particulier : seul élément figuratif du revers de la Porte, il aurait regardé le visiteur pénétrant dans l’atelier de Winaretta Singer. Son aspect terrifiant est renforcé par l’émaillage habile, les yeux opaques formant contraste avec l’émail transparent de la face : il est véritablement le Gardien du sanctuaire.
A. S.

Numéro d'inventaire: 
PPS00440
Numéro d'inventaire : PPS00440
Mode d'acquisition : Don de Georges Hoentschel, 1904
Salle 19. Carriès, sculpteur et potier
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.