+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet

Le Bain (Two mothers and their children in a boat)

Mary
Cassatt
Alleghency (Etats-Unis), 1844 – Mesnil-Théribus (France, Oise), 1926
1910
Huile sur toile,
H. : 99 ; L. : 129 cm

Le Bain, grande composition qui témoigne de la fidélité de Mary Cassatt au  mouvement impressionniste, réunit dans une barque deux jeunes femmes et leurs enfants prêts pour la baignade.
La scène a pu être observée sur l’étang du château de Beaufresne où Mary Cassatt passa les dernières années de sa vie.
Les robes des deux femmes vêtues de modèles du couturier Paquin, peu adaptés aux plaisirs de l’eau, offrent un prétexte à un joli morceau de peinture. La finesse des carnations est rehaussée par la vive opposition des complémentaires, jaune et violet, qui colorent les tissus. Le peintre a choisi un cadrage qui supprime le ciel. La barque est entièrement entourée par les reflets vert-bleu des feuillages sur l’eau. Le souvenir des estampes japonaises se devine dans le basculement de la perspective et la franche diagonale de la barque dont l’extrémité reste hors champ.

Cette peinture est entrée du vivant de l’artiste dans les collections du Petit Palais grâce au fils du grand banquier américain, James A. Stillman. Lorsqu’il s’était  retiré à Paris en 1909, Stillman avait demandé à Mary Cassatt de le conseiller pour l’achat d’œuvres destinées à enrichir sa collection personnelle. A sa mort en 1918, il possédait une vingtaine d’œuvres de Cassatt dont Le bain initialement acheté en novembre 1910 à Paris, à la galerie Durand-Ruel.
I. C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé en bas à droite : Mary Cassatt
Numéro d'inventaire: 
PPP00742
Numéro d'inventaire : PPP00742
Mode d'acquisition : Don du Docteur Ernest G. Stillman, 1923
Salle 8 : Cézanne et la modernité
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.