+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël
Raoul Larche - Buste d'enfant (portrait présumé de Marcel Lerolle)

La Mort de l'empereur Commode

Fernand
Pelez
Paris, 1848 - Paris, 1913
1879
Huile sur toile collée sur carton
H. 58 x L. 37,5 cm

Cette oeuvre illustre de manière exemplaire la déclinaison d'un même sujet selon différents formats, usage hérité de la tradition académique.

Esquisse très aboutie ou réplique destinée au marché privé, La Mort de l'empereur Commode est une copie fidèle du grand tableau exposé au Salon de 1879. L'évocation de la fin tragique mais triviale de l'empereur, despote assassiné sur ordre de sa maîtresse Marcia, peut s'interpréter, dans le contexte de consolidation du régime républicain, comme une dénonciation des impasses de l'autocratie romaine. Ce sujet terrible mais édifiant est salué au Salon par une médaille de 2e classe et un achat de l'Etat (dépôt au musée de Béziers).

En peignant une réplique de petit format, Pelez s'attache à introduire d'infimes variantes. Dans une autre version d'un format très proche (H. 61 x L. 40 cm), passée en vente publique à Drouot en 1992, l'homme de main de Marcia est noir.

La Mort de l'empereur Commode associe un décor pompéien de style néo-grec et une scène de lutte traitée de manière plus réaliste. Les contemporains de Pelez n'ont pas manqué de souligner cette percée du réalisme dans le traitement des figures, s'amusant que le modèle de l'étrangleur chargé d'exécuter Commode ait été un ancien lutteur de foire bien connu des ateliers de Montmartre.
I.C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé et daté en bas à gauche : "F.PELEZ [1879]"
Numéro d'inventaire: 
PPP04975
Numéro d'inventaire : PPP04975
Mode d'acquisition : Achat, 2009
Oeuvre non exposée actuellement
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.