+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Jean-Baptiste-Camille Corot - Marietta, dite L’odalisque romaine
Jean-Baptiste Carpeaux - Mademoiselle Fiocre
Louis-Ferdinand  Lachassaigne - Vase - Van Dyck peignant son premier tableau
Charles Durand dit Carolus-Duran - Mademoiselle de Lancey
Jean-Auguste-Dominique Ingres - François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Eugène Delacroix - Combat du Giaour et du Pacha
Jacob Mardochée dit Jacob-Petit - Pendule au mameluk
Jean-Baptiste Carpeaux - Buste de Samuel Welles de La Valette
Gustave Courbet - Courbet au chien noir
Édouard Manet - Portrait de Théodore Duret
Louis Léopold Boilly - Portrait de mademoiselle Athénaïs d’Albenas
Paul Gauguin - Vieil homme au bâton
Jean-Baptiste Carpeaux - Ugolin
Jan  Van Beers   - Les funérailles de Charles le Bon, Comte de Flandre, célébrées à Bruges dans l’église Saint-Christophe le 22 avril 1127
Gustave Courbet - La sieste pendant la saison des foins (montagne du Doubs)
Alfred de Dreux - Portrait de Monsieur et Madame Mosselman et de leurs deux filles
Jean-Désiré Ringel d'Illzach - Portrait de Jeanne et Mme Albert Dammouse
Octave  Penguilly L’Haridon  - Côtes de Belleville
Gustave Doré - La Vallée de larmes
Gustave Doré - L’Ascension

La Mort de l'empereur Commode

Fernand
Pelez
Paris, 1848 - Paris, 1913
1879
Huile sur toile collée sur carton
H. 58 x L. 37,5 cm

Cette oeuvre illustre de manière exemplaire la déclinaison d'un même sujet selon différents formats, usage hérité de la tradition académique.

Esquisse très aboutie ou réplique destinée au marché privé, La Mort de l'empereur Commode est une copie fidèle du grand tableau exposé au Salon de 1879. L'évocation de la fin tragique mais triviale de l'empereur, despote assassiné sur ordre de sa maîtresse Marcia, peut s'interpréter, dans le contexte de consolidation du régime républicain, comme une dénonciation des impasses de l'autocratie romaine. Ce sujet terrible mais édifiant est salué au Salon par une médaille de 2e classe et un achat de l'Etat (dépôt au musée de Béziers).

En peignant une réplique de petit format, Pelez s'attache à introduire d'infimes variantes. Dans une autre version d'un format très proche (H. 61 x L. 40 cm), passée en vente publique à Drouot en 1992, l'homme de main de Marcia est noir.

La Mort de l'empereur Commode associe un décor pompéien de style néo-grec et une scène de lutte traitée de manière plus réaliste. Les contemporains de Pelez n'ont pas manqué de souligner cette percée du réalisme dans le traitement des figures, s'amusant que le modèle de l'étrangleur chargé d'exécuter Commode ait été un ancien lutteur de foire bien connu des ateliers de Montmartre.
I.C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé et daté en bas à gauche : "F.PELEZ [1879]"
Numéro d'inventaire: 
PPP04975
Numéro d'inventaire : PPP04975
Mode d'acquisition : Achat, 2009
Oeuvre non exposée actuellement
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.