+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet

Coupe « Pommes de pin »

René
Lalique
Ay, 1860 – Paris, 1945
Vers 1902
Verre, cristal, argent
H. : 19,2 cm ; D. : 10,3 cm

Aux côtés de Georges Fouquet et des frères Vever, Lalique est considéré comme le principal créateur de bijoux Art nouveau.

Se dégageant très vite du style néo-renaissance qui prévalait dans les années 1880, Lalique crée des bijoux d’inspiration naturaliste dans lesquels il donne libre cours à sa fantaisie, à son sens de la composition et de la couleur. Il choisit comme motif décoratif principal le corps féminin et n’hésite pas à employer des pierres semi-précieuses et des matériaux traditionnellement ignorés et dédaignés des bijoutiers, comme la corne ou l’émail.

A partir de 1902, Lalique se consacre principalement à la fabrication de verreries artistiques. La coupe Pommes de pin se situe à une époque-charnière de son oeuvre et réunit les ressources combinées de l’orfèvrerie et de l’art du verre. L’artiste a soufflé, dans une monture en argent, un verre blanc laiteux dont les transparences bleuâtres rappellent la matière des opales. La technique du verre soufflé dans une structure métallique a été employée par Lalique dans d’autres coupes et calices dionysiaques, à décor de vignes ou d’épis de blé.
D. M.

Numéro d'inventaire: 
OGAL00579
Numéro d'inventaire : OGAL00579
Mode d'acquisition : Achat, 1933
Oeuvre non exposée actuellement
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.