+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Fernand Pelez - La Mort de l'empereur Commode
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet
Edmond  Aman-Jean - Miss Ella Carmichaël

La Vachalcade

Fernand
Pelez
Paris, 1848 – Paris, 1913
1896-1900
Huile sur toile
188 x 245 cm

Treize enfants avancent en un cortège compact, au son du tambour, sous la bannière de la Misère. Le peintre de Montmartre, Fernand Pelez, nous donne ici sa version de la Vachalcade, carnaval populaire qui eut lieu sur la Butte en mars 1896.
Fête montmartroise animée par des cortèges et un défilé de chars à thème, la Vachalcade était  destinée à créer un fond d’entraide pour les artistes dans la misère. Son nom vient d’une contraction des mots vache et cavalcade, en référence à la traditionnelle fête du bœuf gras de la Mi-carême.

Pelez représente ici un groupe d’enfants costumés et grimés. Leurs vêtements trop grands parodient le monde des adultes en se moquant des codes de la bourgeoisie à laquelle étaient destinés ces chapeaux melons et ces capelines fleuries. Dans la partie droite du tableau les visages sont totalement dissimulés derrière des masques aux bouches déformées soulignées de rouge. Au centre, un Pierrot vêtu de blanc, la face enfarinée, sourit. Son attitude exprime une gaieté teintée d’ironie à la manière des figures popularisées par Adolphe Willette, artiste très engagé dans l’organisation du défilé.

Pas de décor pour cette scène de rue, mais un simple mur lézardé derrière la frise des enfants qui semblent poser pour un invisible photographe avant de reprendre leur marche. La peinture à l’huile appliquée en fines couches beiges et roses laisse apparaitre le dessin sous-jacent. Ces tonalités sourdes créent l’illusion d’une fresque peinte à même le mur.

La genèse de ce tableau est parée de mystère, car Pelez n’exposa jamais cette grande toile en dehors de son atelier. Aujourd’hui non localisées, les peintures préparatoires sont visibles sur les photographies prises dans l’atelier en 1913, après la mort du peintre. Pelez a d’abord étudié chaque figure séparément, puis par petits groupes peints à la même échelle que le tableau final. La Vachalcade comptait ainsi parmi les révélations de l’exposition posthume de 1913 organisée au 72 boulevard de Clichy. Les sœurs du peintre en firent alors don à la Ville de Paris.
I.C.

Numéro d'inventaire: 
Inv. PPP596
Numéro d'inventaire : Inv. PPP596
Mode d'acquisition : Donation Marie-Reine Nina et Marie-Marguerite Pelez de Cordova, 1913
Salle 3 : Roll et le Naturalisme
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.