+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Georges Clairin - Portrait de Sarah Bernhardt
Armand Point - Coffret «aux paons»
Camille Alaphilippe - La Femme au singe
Aristide  Maillol - Femme nue assise, la main gauche sur la tête. Etude pour la Méditerranée
Louis-Robert Carrier-Belleuse - Vase La Lutte pour la vie
Léon  Lhermitte - Les Halles
Pierre-Auguste Renoir - Ambroise Vollard au foulard rouge
Jean Carriès - Mon portrait
Emile Gallé - Vase à deux anses
Georges-Henri Lemaire - Le Silence ou Immortalité
Charles-Alexandre Giron - La Femme aux gants, dite La Parisienne
Paul Sérusier - Tricoteuse au bas rose
Pierre-Auguste  Renoir - Portrait de Madame de Bonnières
Berthe Morisot - Jeune fille en décolleté - La fleur aux cheveux
Pierre Bonnard - Conversation à Arcachon
Pierre-Adrien Dalpayrat - Plat : Le Jugement de Pâris
Joseph-Marius Avy  - Bal blanc
Marie Constantine Bashkirtseff - Parisienne, portrait d’Irma
Maurice Denis - Baigneuses à Perros-Guirec
Fernand Pelez - La Vachalcade
Camille  Pissarro - Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
Alfred Sisley - L’église de Moret (le soir)
Théophile Alexandre Steinlen - Bal du 14 juillet

Conversation à Arcachon

Pierre
Bonnard
Fontenay-aux-Roses, 1867 – Le Cannet, 1947
1926-1930
Huile sur toile
56 cm x 48 cm

En 1909, Bonnard découvre avec Manguin et Signac la Méditerranée  et ses « reflets aussi colorés que les lumières ». Dés lors il passe ses hivers dans le Midi où il rend visite en voisin à Renoir. Il fait également de longs séjours sur la côte Atlantique dont la douceur climatique rétablit la fragile santé de Marthe, sa compagne. Le couple vient ainsi passer quelques hivers sur le bassin d’Arcachon, à partir de 1920 et jusqu’en 1931.

Peintre nabi à sa sortie de l’académie Julian, où il rencontre Maurice Denis, Paul Sérusier et Édouard Vuillard, Bonnard partage par ailleurs avec Monet, engagé dans l’aventure picturale des Nymphéas, ce que l’historien d’art Jean Leymarie désigne comme « l’intuition créatrice devant la nature ». S’il réalise dans un premier temps des croquis sur le vif, il s’éloigne du motif pour poursuivre le travail dans l’atelier, selon une méthode empirique faisant lentement surgir la vision picturale du souvenir.

Cette peinture maritime, aux couleurs intenses, provient de la collection du docteur Girardin. L’inscription manuscrite portée au dos de Conversation : « St Germain Arcachon 1926 » et la date de 1930 généralement attribuée à cette œuvre, révèle la lente maturation du tableau. Bonnard réinvente l’espace en plaçant les figures, resserrées au premier plan, de manière à représenter l’eau et le ciel comme vus au travers d’une fenêtre. On retrouve ici l’intérêt que porte le peintre aux cadrages surprenants, héritage du japonisme, mais aussi de sa pratique de la lithographie.

I.C.

Marques Inscriptions Poinçons : 
Signé en bas à gauche : Bonnard
Numéro d'inventaire: 
PPP03181
Numéro d'inventaire : PPP03181
Mode d'acquisition : Legs Girardin, 1953
Salle 8. Cézanne et la modernité
Section : Paris 1900
Passer votre souris sur l'oeuvre pour la voir en détail.