Le site utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de ce site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et gérer ses paramètres ici.

Le pélican gastronome

Célèbre pour ses talents d’animalier, Emmanuel Frémiet est l’un des grands sculpteurs français de la seconde partie du XIXe siècle. Né en 1824 à Paris dans une famille modeste originaire de Bourgogne, Frémiet se tourne vers la sculpture sous l’influence de sa tante, Sophie Rude, née Frémiet. Sa formation n’a cependant rien d’académique : il exerce divers petits métiers alimentaires avant d’étudier au Muséum d’histoire naturelle, puis à la Petite École. Il entre dans l’atelier de François Rude en 1842 et se fait connaître en exposant au Salon des sculptures animalières, dont certaines font scandale, comme "Le Gorille enlevant une femme", refusé par le jury en 1859 mais exposé avec le soutien du comte de Nieuwerkerke.

Sous le Second Empire, Frémiet s’impose comme l’un des sculpteurs français les plus talentueux. Il exécute plusieurs sculptures monumentales, comme la Jeanne d’Arc, place des Pyramides à Paris ou le Saint Michel terassant le dragon, destiné à couronner la flèche de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, réalisé en 1894 en collaboration avec la maison Monduit. La réputation de Frémiet provient également de l’édition de ses œuvres, qui permet leur diffusion, à échelle réduite, auprès d’une clientèle élargie. À la fin de sa carrière, Frémiet cumule les honneurs : élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1892, nommé Grand Officier de la Légion d’honneur en 1900,  le sculpteur reçoit la même année un grand prix à l’Exposition universelle. Son œuvre, qui associe production monumentale et sculptures d’édition, incarne ainsi parfaitement l’art statuaire de la fin du XIXe siècle.

Le Pélican gastronome offre un spectaculaire témoignage des talents de Frémiet dans le domaine de la sculpture animalière. Commandé en 1890 par Stéphane Dervillé, président de la banque de France, il était destiné au décor de la salle à manger de l’hôtel particulier parisien du commanditaire, situé au 35, rue de Fortuny - hôtel qui avait auparavant été la demeure de Sarah Bernhardt. Le Pélican y avait pour pendant un Singe aux bulles de savon du même artiste et semble être resté in situ jusqu’en 1970. L’œuvre  passe ensuite en vente à deux reprises avant d’entrer dans la collection de Geneviève et Pierre Hebey dispersée le 23 février dernier. La sculpture, une pièce unique, présente de grandes qualités d’exécution du point de vue de la fonte et de la patine, à nuance dorée. Son acquisition permet de compléter le fonds Frémiet du Petit Palais et ainsi de rendre compte de toutes les facettes de la production du sculpteur.

C. C-V.

Le pélican gastronome

 

 

Date : 1890

Lieu d'exécution : Paris

Matériaux et techniques : Bronze à patine dorée

Dimensions : H. 109 ; l. 55 ; P. 65 cm (grand pélican) / H. 45 ; l. 27 ; P. 17 cm (petit pélican)

Marques et inscriptions : Signé sur la bouteille du grand pélican : "FREMIET" ; cachet du fondeur sur l'autre bouteille : "THIEBAUT FRERES FONDEURS PARIS"

Numéro d'inventaire : PPS3823(1) et PPS3823(2)

Mode d'acquisition : Achat par préemption en vente publique, 2016

Salle : Oeuvre non exposée actuellement

Collection: Paris 1900 Oeuvre: Le pélican gastronome